« Homeland » Saison 8 : fin d’une (très) grande série

Et voilà, je viens de terminer « Homeland » qui s’est achevé sur Showtime au printemps dernier après huit saisons. C’est toujours très difficile de dire aurevoir à une série qui nous a accompagné pendant des années, ici une décennie toute entière, avec toujours cette appréhension et cette émotion juste avant de regarder le series finale.

L’ultime saison de « Homeland » est heureusement une très belle réussite, mais surtout, elle est habilement construite pour nous conduire à cette conclusion des plus satisfaisantes et des plus naturelles. Je m’étonne de ne pas avoir réussi à l’anticiper, surtout dans les deux derniers épisodes où retrospectivement ça sautait presque aux yeux mais on avait davantage peur que la série sacrifie tel ou tel personnage pour offrir un rebondissement final. Heureusement, « Homeland » a évité le faux pas qui aurait pu diviser les fans pour réaliser cette sortie réussie et laissant la porte ouverte à une éventuelle suite possible…

La saison 8 de « Homeland » est peut être moins intense que les précédentes, mais elle reste à un excellent niveau et la série s’achève la tête haute. La meilleure période de « Homeland » reste pour moi l’après Brody, quand Showtime et la production ont réussi à se séparer de Damian Lewis. « Homeland » s’est alors complètement renouvelée et libérée d’un poids qui l’empêchait de nous montrer tout son potentiel, reflétant parfois malgré elle le monde réél avec un incroyable réalisme, particulièrement lors des saisons 5 à 7.

En bref, c’est une des meilleures séries de la décennie écoulée qui vient de s’achever. Une série marquante dont on n’oubliera pas tout son parcours et son évolution, de son point de départ à cette conclusion réussie. « Homeland » fait ainsi parti des 20 séries emblématiques de mes années 2010 (lire l’article consacré).

A lire : retrouvez le positionnement de la saison 8 de « Homeland » dans le classement des séries que j’ai vu en 2020.



Catégories :Non classé

Tags:,